mer. Déc 8th, 2021
suricates

Comment devenir soigneur animalier ?

Le métier de soigneur animalier est l’une des professions qui a le plus de succès auprès du public. De plus en plus de jeunes et d’adultes en reconversion professionnelle souhaitent travailler avec des animaux sauvages, dans un parc animalier ou un zoo. Mais peu de personnes connaissent la nature même du travail des soigneurs, ni même où et comment suivre une formation adaptée à leur projet. Cet article se propose de vous présenter les missions d’un soigneur animalier et les contraintes de ce métier particulier. Sans oublier de nommer les principales écoles et les centres de formation reconnus par la profession, les vétérinaires et le secteur des parcs zoologiques.

Qu’est ce qu’un soigneur animalier ?

Le soigneur animalier (ou la soigneuse animalière) est un ouvrier spécialisé dans les soins pour les animaux gardés captifs dans un parc zoologique, dans un aquarium ou dans un élevage privé. Au Canada, en Belgique et en Suisse on le désigne sous le nom de Gardien de zoo. Lorsqu’il travaille dans un aquarium et qu’il s’occupe de poissons, il est appelé aquariste ou parfois aquariologiste.

Un soigneur animalier travaille sous la responsabilité d’un chef animalier, d’un vétérinaire ou bien reçoit directement ses instructions du directeur du zoo. Celui-ci est souvent le titulaire d’un certificat de capacité.

Les activités quotidiennes de l’animalier sont :

  • Préparer les rations alimentaires
  • Distribuer les aliments et vérifier que tous les animaux s’alimentent bien
  • Nettoyer les enclos, cages et les bassins
  • Évacuer les litières et le fumier
  • Confectionner des enrichissements pour distraire les animaux
  • Assurer la gestion des stocks

Si beaucoup de tâches sont répétitives, il faut savoir être polyvalent. Exceptionnellement, le soigneur animalier peut aider le vétérinaire pour assurer une contention et capturer un animal. Dans les petits établissements, le soigneur animalier est aussi mis à contribution pour faire du jardinage. Être bricoleur est un atout !

Les animaux sauvages – comme cette grue couronnée – demandent des soins spécifiques et les besoins changent avec les espèces. Crédit photographique : K. Riemer, Pixabay.

Ces connaissances en éthologie lui permettent de mettre en place des programmes d’entrainement médical. Il dresse les animaux a accepter les palpations du vétérinaire et même parfois les prises de sang. L’entrainement médical évite alors les captures qui sont très stressantes pour les pensionnaires du zoo et qui peuvent aussi être dangereuses pour celui qui les effectue.

De plus en plus de parcs zoologiques proposent à leurs visiteurs des visites guidées et des ateliers pédagogiques. Le soigneur animalier est alors animateur. Il doit être expert en pédagogie et en communication. Il doit être capable de s’adresser à des publics très divers. Il doit adapter son langage pour être compris par des enfants scolarisés en école primaire ou en école maternelle.

La plupart des soigneurs animaliers sont âgés de moins d’une quarantaine d’années. C’est un métier physique et le calendrier de travail est peu compatible avec une vie de famille. Les animaux doivent recevoir de bons soins tout au long de l’année, aussi bien les week-ends, les jours fériés et durant les vacances scolaires. Le soigneur animalier travaille souvent lorsque d’autres sont en congés.

Le métier de soigneur animalier n’est pas très rémunérateur. Les débutants commencent au SMIC. Aussi, le turn-over est assez important. Toutefois, les demandes pour devenir soigneur animalier dépasse de loin les offres d’emploi.

Pour être soigneur animalier il faut aimer les animaux et savoir travailler au sein d’une équipe animalière. Le travail dans un zoo se fait en collaboration et il faut être sociable.

Mais le métier de soigneur animalier a aussi beaucoup d’avantages. Celui qui aime le travail en plein-air, qui est passionné par le monde animal et qui apprécie la proximité des animaux sauvages sera dans son élément.

Ce métier est-il dangereux ?

Le métier de soigneur animalier peut être dangereux. Les soigneurs travaillent quotidiennement avec des animaux imprévisibles comme les carnivores et les fauves, les reptiles, les primates, les girafes et les éléphants. Même des espèces comme les pandas qui semblent inoffensifs ne peuvent être approchées directement. Le soigneur animalier doit donc respecter les consignes de sécurité et être toujours sur ses gardes. Il ne faut généralement pas entrer directement au contact des animaux. Des accidents graves sont malheureusement à déplorer chaque année.

Quelles études pour travailler dans un zoo ?

La première école de soigneur animalier a été créée aux Etats-Unis en 1970. Mais il faudra attendre la fin des années 1990, pour qu’un premier centre de formation ouvre ses portes en France. Il s’agit de la MFR de Carquefou située à proximité de Nantes.

La MFR de Carquefou propose une formation de soigneur animalier en alternance ou en contrat de professionnalisation. Il s’agit d’une formation pour adulte et l’unique condition est d’avoir 18 ans et le permis de conduire. Il est aussi possible d’obtenir ce titre professionnel par la VAE

Deux autres écoles ont ouvert par la suite un cursus de soigneur animalier. Il s’agit du CFPPA de Vendôme et du CFPPA de Gramat.

Ces trois écoles – Carquefou, Vendôme et Gramat – sont celles qui ont la préférence des directeurs de zoo et qui sont reconnues des recruteurs. Ainsi chaque année ces établissements reçoivent plusieurs centaines de dossiers de candidature.

L’intégration de l’une de ces formations est conditionnée par la réussite à un concours. Le candidat doit passer un entretien de motivation et des test écrits. Les examinateurs s’assurent de sa motivation et de ses connaissances en biologie et en zoologie.

La plupart des candidats ont le baccalauréat et certains ont même suivi des études universitaires comme une licence en écologie ou même un master en comportement animal. Mais les examinateurs sont surtout sensibles à l’expérience préalable vécue par chaque candidat. Il est en effet demandé d’avoir au minimum un mois d’expérience dans un zoo. Mais plus le candidat accumule les stages, plus il sera favorisé. Les actions de bénévolat dans des centres de soin à la faune sauvage ou des chenils sont aussi appréciées.

Actuellement, plus de dix écoles spécialisées existent en France. La plupart proposent des cours en présentiel, mais elles ne sont pas toutes reconnues par l’état.

Certaines écoles proposent des enseignements en ligne. L’IFSA est une formation à distance qui propose un cursus pour devenir soigneur animalier ou auxiliaire de santé animale et travailler dans une clinique vétérinaire. Elle permet de bénéficier des conventions de stage.

Préparation soigneur animalier est une formation par visioconférence qui fait intervenir – durant des wébinaires en direct – des soigneurs animaliers et des experts en santé animale. Cette formation unique a pour objectif de préparer les personnes qui veulent intégrer une école de soigneur animalier, mais elle peut aussi être suivie par les curieux qui souhaitent s’informer sur le fonctionnement d’un parc zoologique.

Pour connaître les écoles spécialisées pour devenir soigneur animalier, consultez la page suivante :

https://formationsoigneuranimalier.fr/pages/les-formations-de-soigneur-animalier-en-france-et-belgique

Pour résumer

Le métier de soigneur animalier permet de travail toute l’année avec des animaux sauvages. C’est une véritable chance qui fait rêver des milliers de personnes, jeunes et moins jeunes. Mais malheureusement peu de débouchés existent et ce métier est aussi peu rémunérateur. Il faut aussi être prêt à changer de région pour décrocher un CDI ou un CDD. Bref, être soigneur se mérite.

Le turn-over est assez important car les conditions de travail peuvent être difficiles. Il est donc recommandé de suivre une autre formation avant d’intégrer une école de soigneur animalier. En cas d’échec à trouver un emploi dans un zoo, la réorientation sera plus facile.

Nous espérons que cet article vous aura apporté un complément d’informations sur un métier très médiatisé, mais encore peu connu. Nous vous souhaitons bonne continuation dans vos projets personnels ou professionnels.