Les implants texturés sont liés aux mauvaises résultats du cancer du sein

De nombreuses études ont démontré que les implants mammaires texturés prédisposent les femmes qui subissent une reconstruction mammaire à un lymphome anaplasique à grandes cellules associé à un implant mammaire.

Aujourd’hui, une analyse de nouvelles données provenant d’une étude de cohorte de 650 femmes ayant subi une mastectomie totale et une reconstruction mammaire démontre une association significative entre les implants texturés, une augmentation des récidives de cancer du sein à distance et une diminution de la survie sans maladie (SSM).

Ces associations étaient indépendantes du stade de la tumeur et du statut des récepteurs d’œstrogènes (ER), selon Sa Ik Bang, MD, PhD, du Samsung Medical Center, Sungkyunkwan University School of Medicine, Séoul, Corée du Sud, et ses collègues.

« Nous avons observé une association statistiquement significative entre l’utilisation d’implants texturés et une diminution de la SSM avec un risque accru de récidive », écrivent les chercheurs dans leur article, publié dans JAMA Surgery en octobre.

« Nous pensons que cette étude soulève un besoin urgent d’investigations supplémentaires bien conçues, qui pourraient soit réfuter les résultats de cette étude avec des preuves plus solides et rassurer les patientes, soit produire des résultats similaires et conduire à une plus grande prudence dans la surveillance du cancer du sein », écrivent-ils.

Les résultats sont « inattendus », notent les chercheurs. Au lieu de fournir des preuves qui pourraient soulager l’anxiété des patientes ayant des implants texturés, « les résultats pourraient amplifier l’inquiétude des survivantes concernant les implications potentiellement préjudiciables d’un implant texturé pour les résultats oncologiques », disent-ils.

Dans un commentaire d’accompagnement, Michael R. Cassidy, MD, et Daniel S. Roh, MD, PhD, de la Boston University School of Medicine, Boston, Massachusetts, ont qualifié les données préliminaires de l’étude « d’alarmantes et d’intrigantes » et ont convenu qu' »une analyse plus large et multi-institutionnelle est essentielle pour confirmer ces résultats ».

De nombreux chirurgiens reconstructeurs ont abandonné l’utilisation d’implants texturés, notent les éditorialistes. Cette étude devrait convaincre ceux qui ne l’ont pas fait de s’assurer que les patients sont conscients des risques, soulignent-ils.

« Étant donné l’association des implants texturés avec le lymphome anaplasique à grandes cellules (ALCL), et maintenant la suggestion qu’ils sont associés à un risque accru de récidive du cancer du sein, les chirurgiens qui choisissent des implants texturés devraient conseiller leurs patientes atteintes d’un cancer du sein sur leurs conséquences possibles », écrivent les deux auteurs.

Les éditorialistes Cassidy et Roh s’inquiètent du fait que des détails importants ont été omis de l’analyse et de la présentation. Les données sur la thérapie endocrinienne adjuvante n’ont pas été incluses, même si 85% de la cohorte avait un cancer du sein ER-positif, soulignent-ils.

De même, 21% des patients souffraient de la maladie ERBB2 (anciennement HER2-positif), mais aucun agent ERBB2 ciblé n’a été inclus dans la liste des schémas thérapeutiques adjuvants.

patricerozini

Revenir en haut de page